Cercle d'apprentissage sur l'entraide pour accompagner un projet innovant de transformation pédagogique


A la suite du webinaire du 22 février de Bernard Alix "Comprendre et mettre en place des cercles d'apprentissage" est apparue l'idée de s'entraider pour accompagner un projet de transformation pédagogique. Cette entraide sollicitée par Hélène Gadenne, a fait écho à plusieurs personnes qui se sont retrouvées le 7 mars pour élaborer ce projet d'un : Cercle d'apprentissage sur l'entraide pour accompagner un projet innovant de transformation pédagogique.
Cette page est dédiée aux productions de ce groupe d'entraide pour apprendre ensemble.

Réunion 4 mai

Préparation du 23 mars


Présentations et intentions


Michel Briand
Acteur des réseaux coopératifs et des communs, je co-anime le magazine Innovation pédagogique et les wiki Riposte Créative Pédagogique, Riposte Créative Bretagne et dernièrement Bretagne Educative. Sur le blog Coopérations nous avons publié avec Laurent Marseault plusieurs articles sur les "Riposte" initiés avec Riposte Créative Territoriale.
Impliqué dans plusieus initiatives de transformations qui ont en commun la coopération ouverte et le souci d'une planète habitable (cf Bruno Latour), je suis à chaque fois confronté aux difficultés de faire vivre et d'élargir l'apprendre ensemble dans une démarche de transformation. Je suis motivé pour apprendre en bienveillance de nos pratiques, envies de faire et initiatives avec le choix d'un partage sincère.

Bernard Alix
Chef de projet au CNFPT pour contribuer à l'émergence, l'accompagnement et la reflexion sur de nouvelles pratiques en mobilisant le corpus de l'apprenance et de l'ergologie.

Hélène Gadenne
Passionnée par le vivant et guidée par une forte envie d’apprendre, comprendre, partager et transmettre, j'ai travaillé 15 années dans la Recherche en écologie, sur des thématiques appliquées à la gestion de la mégafaune. Fortement investie dans les milieux associatifs depuis plus de 25 ans, j'y découvre ces dernières années le milieu des communs dans lequel je trouve du sens et le plaisir du faire ensemble, particulièrement dans les champs de l'éducation et l'entraide. Autodidacte des pratiques numériques, je me suis depuis quelques années, spécialisée dans la gestion des systèmes d'informations. Riche de ses expériences plurielles et convaincue que l’avenir s’apprend et se construit ensemble, je travaille aujourd’hui en tant qu'indépendante chercheure-entrepreneure, accompagnatrice en intelligence collective de projets ancrés dans l’action, à l’inter-liens entre recherche, ingénierie et terrain, prônant des solutions libres dans la conception et l’utilisation d’outils et de la documentation associée.
Sensible à l'autre et à ce qui nous entoure, j'aime rester en curiosité face à ce que je ne connais pas, ce qui me confronte et me permet de laisser une place au doute. Dans une dynamique du prendre soin, de l'autre et de soi, mon plaisir d'apprendre et de comprendre m'amène aujourd'hui à me former dans des champs variés que sont les neurosciences, le psychodrame par l'approche transgénérationnelle, la respiration consciente, tous ces domaines à des fins d'un meilleur accompagnement de l'autre.. Toutes ces expériences me permettent d'être en observation critique et constructive face à ma posture et celles des autres et des relations qui nouent, lient, me permettant de rester en curiosité, ouverte sur ce qui peut émerger et faire cheminer.
Ce cercle, pour moi, contribue donc à créer du sens, du lien autour de l'apprendre ensemble, du co-construire, ce qui m'anime, nourrit en inspirant mon goût pour l'apprendre autrement, ensemble.

Cécile Joly
Cadre dirigeante de la fonction publique territoriale (en disponibilité/exploration du territoire Occitanie/haut Languedoc), facilitatrice d'éco-système d'innovation, ex directrice du Labo d’innovation du C.N.F.P.T. J'ai notamment piloté la démarche de l’université de l’innovation publique territoriale du CNFPT sur 13 régions en simultané (2000 participants), ainsi que la dynamique Riposte créative territoriale des cercles d’apprentissage/nouveau paradigme de formation indispensable aux défis sociétaux.
J'ai co-écrit deux ouvrages avec Denis Cristol « La facilitation en intelligence collective, un art énergétique relationnel, une espérance pour la démocratie» et «Management et intelligence collective : 80 pratiques pour apprendre ensemble».

Sandrine Duverne
Domaine en psycho et Neurosciences à l'initial. Via des opportunités, je travaille de plus en plus sur des problématiques pédagogiques. Je souhaite trouver les meilleures pratiques au travers ce genre de dynamique, pour m'inspirer et rester en curiosité sur ce qui peut émerger. Je cherche les cas pratiques les plus pertinents pour mettre en avant nos expertises. Ces cercles représentent peut-etre des traits d'union.

Anna Szeremeta
Coach, formatrice, vice-presidente de l'association Jeunesse et entreprises 29 - création de liens entre le monde d'enseignement et le monde d'entreprise , accompagnement des transformation culutrelles.

Jean Marie Gilliot
Informaticien, ingénieur. Long parcours d'enseignements en école d'ingénieur.
Intéréssé par ces questions d'ouverture et de partage. OUverture sur l'enseignement dans le supérieur ou difficultés d'ouverture et de partage.

Yann Le Faou
Coordinateur pédagogique d'un établissement de formation en santé/rééducation (kiné,ergo,podo). je participe à plusieurs formation de professionnels de santé (médecins, paramédicaux, travail social). Au terme d'une thèse en sc. de l'éducation sur la professionnalisation et l'enseignement supérieur. Porteur de projets de transformation pédagogique dans mon établissement et/ou en lien avec d'autres acteurs de l'enseignement sup (La Ruche, le collaboratoire, FabLab santé, Learning Center, projet HIT...). Fan de collaboration et de démarche participative. Accompagnateur de "jeunes formateurs" à l'état d'esprit collaboratif, à la coopération ouverte, à l'Hybridation. Tourné vers le Québec pour de nombreux projets (personnel, professionnel, recherche).

André Messier
Je suis une personne qui se passionne des humains, dans la perspective de comprendre et d’aider l’autre à apprendre, à se découvrir et à s’actualiser. Depuis plus de 30 ans, j’œuvre en éducation, dans différents environnements et à différents postes d’enseignant et de gestionnaire. J'occupe présentement les fonctions de directeur général adjoint d'un conseil scolaire francophone au Canada.
Je m’inspire beaucoup, dans ma pratique, des résultats issus de la recherche et des données probantes. Les implications des découvertes récentes en neurosciences et leurs retombées pratiques dans un contexte d’enseignement-apprentissage sont nombreuses.
L’amélioration des pratiques est un processus complexe et l’accompagnement revêt de nombreuses possibilités pour aider les uns et les autres à agir avec éthique et bienveillance. Je souhaite, en participant à ce cercle d’apprentissage, réfléchir, dans le but de bonifier mes interventions.

Réunion du 23 mars

Ceci n'est pas un compte rendu mais la transcription de la production mise en partage.

Participant.e.s

Bernard Alix
Michel Briand
Sandrine Duverne
Anna Szeremeta
Hélène Gadenne
André Messier
Jean Marie Gilliot
Yann Le Faou
Cécile Joly

Questions émergentes pour le cercle


Un tour de table a permis à chacun de s'exprimer et de lister les questions qui interpèlent les membres présents, autour de la thématique du cercle qui est "l'entraide pour accompagner un projet innovant de transformation pédagogique".

  • Comment repérer les personnes réfractaires au projet de transformation ? et/ou technophobes quels outils de dynamique de groupe pour ne pas centraliser tout sur l'innovateur/animateur du projet ?
  • comment en faire un commun ?
  • Je peux être amenée à accompagner des équipes pédagogiques qui veulent changer leur offre et adopter des postures nouvelles avec des modalités coaching, théorie U... Comment créer des communs de l'accompagnement pour faire de chaque acte pédagogique un acte de coopération créative ? Comment changer les modèles économiques et de conception en lien avec les nouvelles modalités de réingénierie ?
  • Dans le cadre d'un projet (innovant), il y a beaucoup d'acteurs variés à accompagner en tenant comptes des divergences de chacun avec des temps de mises en oeuvres pour opérer différemment et des manières de faire pas toujours en mode coopératif. Comment permettre l'inclusion de tous et aider chacun à trouver sa place et prendre le temps (rapport au temps différent)?
  • Au vue du contexte hybridation il y a un défi de faire évoluer les pratiques. Comment cette problématique se manifeste (adopter de nouvelles méthodes, outils)? Quelles sont les initiatives qui ont marché ou qui sont en cours?
  • Il existe des personnes très réfractaires aux innovations pédaogiques ("technophiles potentiellement toxiques"). Comment identifier ces personnes? Comment les gérer?
  • Hypothèse : les imaginaires sont au coeur de la transformation de nos pratiques, quels imaginaires vous habitent et vous traversent dans votre activité pédagogique ?
  • Les gens annoncent de la collaborations, mais il y a un décalage entre des valeurs affichés d'ouverture, des pratiques pas toujorus ouvertes car l'institution prime. Problème de la sincérité ou une question de décalage d'imaginaire des acteurs. Comment permettre l'appropriation de l'imaginaire ? Comment gérer les injonctions contradictoires ?
  • Est ce que les acteurs font semblant ou non pour entrer dans cette dynamique de collaborations ? ça me ramène à l'observation qu'il faut vivre les expériences. Comment pouvoir multiplier les expériences et les ésémer pour permettre de les vivre ?
  • Le plus difficile dans l'accompagnement des équipes d'école réside dans le changement de pratiques. Exemple de la classe branchée en lien avec la technologie. D'autres exemples comme le travail avec des natifs... Comment faire pour accompagner les élèves dans un cadre de changements de pratiques des enseignants ? Je me casse souvent les dents quand je fait une intervention. Le défi, c'est le changement de pratique. Les réflexes, les croyances et expériences antérieures reprennent souvent le pas. ça amène certains projets ou certaines décisions (plan d'accompagnement avec des attentes signifiées). pas simple.
  • Comment les modèles économiques et de conceptions, si on veut esémer ? Une fois que j'ai compris le modèle économique, je me rends compte qu'on n'est pas cohérent avec le changement de pratique... Quand on me demande une formation, je dis que je peux faire de l'accompagnement en jouant sur l'imaginaire. Mais tendance de re-rentrer dans des sillots de gouvernances, etc... dans un système qui ne permet pas forcément d'évoluer. Comment créer ces communs de l'accompagnement à la transformation ? Montrer que ça se met en place doucement et que ce n'est pas si simple ?
  • Les Ripose Creatives sont nées face à la crise du Covid. Aujourd'hui, on vie crise climatique et guerre Ukraine. Est ce que les personnes s'impliquent de plus en plus dans ces démarches de gestion en situation de crise ? ça ramène à l'imaginaire. Les transformations et les projets dans les situations de crises de plus en plus violentes que traversent nos sociétés.

La thématique qui ressort à l'hunanimité concerne les imaginaires. C'est ce qui sera travaillé lors des prochaines séances.

Méthodologie abordée


Chacun a proposé un type de méthodologie qui pourrait amener à traiter le sujet des imaginaires :

  • Les imaginaires en lien avec une réalité/un projet concret
  • imaginaire et transformation
  • liens avec les freins, les dimensions (organisationnel, économique, maturité dans l'évolution, ...). En lien avec la crise : ça devient un mode de fonctionnement permanent. continuons à imaginer en étant en mode crise. Sur l'imaginaire, je pense aussi au positionnement par rapport aux théories/cadres pédagogiques
  • imaginaire et valeur
  • un des leviers sur lesquels on peut travailler. Différence d'un individu à l'autre dans différents contextes, environnement. Analyser les différences itra-individuelles et nter-individuelles dans la capacités à se projeter dans des futurs proches ou lointain? Comment se projeter dans un futur proche à partir de l'imaginaire. Approche socio peut-être
  • L'ergologie : analyser des manières de travailler, comment transformer les choses, je ne connais pas la démarche, mais on pourrait utiliser une de ces méthodes.
  • en travail sur la gouvernance et le raport au travail (ergologie). Les valeurs sont au centre : agir en compétence et non pas etre en competence. Ce qui est intéressant dans l'ergologie de l'agir en competence, il y a le pole de la décompétence, le pole de l'adhérence (rapport à l'experience), la dialectique (lien entre 2 poles precedents) et le systeme de valeur (articulation entre les differents ingredients des connaissances, experience et systeme de valeur qui est lié à l'imaginaire).
  • David Graeber David Wengrow "Au commencement était, une nouvelle histoire de l'humanité" Les liens qui libèrent. Quelles sont les limites de notre cerveau ? On a du mal à quitter le modèle de cette civilisation. Dans l'accompagnement, on est face à une complexité, et faire face à cette complexité pour que l'imaginaire aboutisse, c'est difficile. Tout le monde à souvent envie d'un monde meilleur, mais comment libérer des possibles et se libérer de notre carquant conceptuel ?
  • notre carquant s'auto-régénère. Aborder la questions de l'individus... demande de représentation du tube digestif d'une vache à des élèves A partir de là, enseignements sur le suejt. 6 mois après, on redemande aux élèves de refadessiner le tube digestif de la vache et ils sont souvent revenu à leur image initial. Animation sur l'école industrialisé... Donc confrontation à la representation de l'ecole : différenciation entre mes représentations et celles des élèves et leur histoires. L'imaginaire: est-ce une representation du monde basée sur ce que les personnes perçoivent et ont vécu dans leur histoire personnelle ?
  • Si on veut du changement, on doit apprendre de ses erreurs et aussi de nos succès. je reviens sur les racines de nos peurs et la notion de vulnérabilité et dans quel moment, en s'observant dans des moments de peur / lien avec nos vulnerabilités en faces des crises que nous travarcons / l'authenticité comme porte pour des connextions et transformations profondes.
  • par expérience vécue, plus on est honnete envers soi meme et plus on ose être vulnérable, plus on arrive à avancer et en étant authentique et en faisant face à nos propores vulnérabilités que des liens se créent et que les personnes autour tissent des liens et que la confiance se tissent...
  • l'imaginaire n'est jamais acquis. l'imaginaire est inconscient. Comment se représenter l'acte pédagogique ? image d'une seringue, car imaginaire d'un acte pédagigique, mais pas de réél changement de pratique. Ils peuvent presuqe faire semblant de changer, mais l'apprenance, c'est la part de l'autre aussi. Analogie avec le pont d'Avignon, une absence qui parle de l'importance du regard sur soi, sur l'autre pour pouvoir franchir l'espace entre l'autre et soi... Quand on fait l'épreuve de l'inconscient, c'est là que ça se joue. Quelque chose doit se transformer à l'intéreiur de nous, on lache un peu de nous, une question identitaire. Le rêve est une forme de déprise. Psture héroïque, l'emprise sur l'autre : ne plus chercher à controler. Comment traitons nous l'imaginaire en terme de méthodo si on décide de le traiter ?
  • il y a une contradiction entre une pérénité et quelque chose qui 'nest pas pérenne. Se mettre en ouverture et vulnérabilité, il a aussi contradiction. pour vulnerabilité, il faut un cadre de confiance et ouverture = notion de risque.
  • ça questionne bien les espace capacitant pour que cette question de vulnerabilité puisse etre au coeur meme du changement. Quels sont les espaces qui vont permettre de renoncer à quelques chose ? Notion d'équilibre instable / Enjeux à questionner les environnements et les espaces
  • un point à veiller, c'est oser dire que l'on n'est pas d'accord, ce qui va permettre de faire avancer.
  • peut-etre essayer d'avoir les 2. Si chacun interoge la question de l'imaginaire en amont par rapport à ses propres projets. Comment les questions soulevées amènent une réflexion à chacun ?
  • faire que cela fasse sens pour soi
  • si on veut inviter des gens, il faut avoir des choses à montrer, donc importance que la Wiki soit visible et donne du sens. andré : les organisations ne permettent que rarement la prise de risque… encore beaucoup de chemin à parcourir pour développer une culture apprenante… et célébrer nos erreurs!
l'engagement sera à la hauteur de ce que l'on va trouver et apporter dans ce cercle. Attention au numérique.
  • je crois qu'on est plus près des modalités d'un cercle d'apprentissage en auto-organisation, auto-pratique, etc. On sort ici d'une posture de formateur. C'est à nous de préparer la prochaine séquence. Comment avançons-nous ?
  • la pédagogie de la coopération demande beaucoup de cpréparation. Je m'ennuie parfois dans des réunions plus improvisées. Cette question de l'auto-gestion m'intéresse mais demande de l'organisation.
  • puis-ce que ce sont les points que l'on est en train d'aborder, et face à l'incertitude de ce que 'lon peut faire émerger, comment faire ressortir des idées, donner des directions à l'imaginaire (?). Par rapport à des méthodes connues, comment faire ressortir du durable.
  • Je suis assez confiant sur l'intelligence collective. Rien était préparé et on a réussi à faire émerger le sujet de l'imaginaire. Si à la prochaine reunion, ont fait notre retrospectif et on invite une personne, on va reussir à faire émerger des idées.
  • ok pour l'intelligence colective, mais est-ce la meilleure méthode ? des outils existent purquoi ne pas les utilser ?
  • identifier qui prend l'animation de la prochaine séance, qu'est ce que le groupe à envie. Une ou 2 personnes prépare la séance et précise les modalités d'animation.
  • pour que le travail collectif soit de qualité, il faut aussi le préparer. En accord avec ce que dit Hélène.
  • partage d'expérience : " cercel de dialogue initié par Elisabeth Martini : je ne sais pas si je vais vous suivre, c'est pas clair, mais je tente... ". binome ou 3 personnes preparent l'experience à faire vivre (1x par mois). Plus on avance, plus c'est fluide, plus c'est profond. On ne savait pas trop ou on allait au départ, mais c'est un fonctionnement que j'aime bien. PArtir du un binome


Réunion du 7 mars

Ceci n'est pas un compte rendu mais la transcription de la production mise en partage.

Participant.e.s

Bernard Alix
Michel Briand
Sandrine Duverne
Anna Szeremeta
Hélène Gadenne
Jean Marie Gilliot

La démarche qui nous réunit

Le groupe s'est retrouvé autour de la formulation : comment apprendre à s'entre-aider pour accompagner un projet innovant de trasnformation pédagogique.
Comme le formule Bernard, il s'agit de "comment apprendre ensemble à travers cette problématique amenée par Hélène, comment apprendre ensemble sur cette entraide comment développer un agir en compétence en matière d'entraide pour accompagner des projets innovants."

Le fonctionnement

Le fonctionnement proposé est celui d'un cercle d'apprentissage se réunissant de 8 à 10 fois entre mars et juin avec une conclusion en setembre soit 15 à 20h d'échanges
Au delà des personnes concernées à l'issue du webinaire (les participant.e.s et Cécile Joly) chacun.e est invité à proposer la participation de un (au maximum 2) personnes pour rester à une taille de 12 à 15 participants qui peùrt une expression de chacun.e.
Les participants font le choix d'une implication régulière.

Après un tour des contraintes, les dates retenues sont les mercredi des semaines paires : le 23 mars à 16h, puis à 17h les 6 avril, 20 avril, 4 mai, 18 mai, 1er juin, 15 juin, 29 juin et le 21 septembre. Le temps de réunion proposé est de 2h.

Un échange a débuté sur l'interet de chacun à se questionner sur cette question d'entraide : qu'est ce qui constitue notre raison d'être, ensemble, autour de ce cercle (voir le pad pour les premiers échanges). Un échange à reprendre avec les personnes qui rejoindront le groupe le 23 mars.

Les accords de groupe au 7 mars

  • Une participation régulière en bienveillance aux réunions.
  • Un partage des rôles (animation de réunion, prise de note, transcription des productions..) où chacun.e s'implique
  • Des productions mises en partage en "coopération ouverte" (via le wiki de Riposte)
  • Un alignement de la modalité de la réunion (variable) à la thématique avec la contrainte du temps de réunion.
  • L'animateur.ice n'est pas en position de sachant, mais de facilitateur, il contribue à l’émergence de la parole de chacun portée par une liberté d’expression et le respect des positions énoncées

Comment peut-on apprendre ensemble ?

Quelques idées issues d'un premier échange :
  • questionner ses propres accompagnements en terme de transformation pédagogique
  • une émergence de problématique qui vient un peu naturellement des échanges en intelligence collective
  • faire avec nos expériences en s'inspirant de l'ergologie
  • avoir quelques thèmes et aussi, au delà de partir d'une problematique que l'on deconstruit et met en questionnement, discuter d'un cas pratique auquel quelqu'un est confronté,
  • avec une expérience d'analyse de pratique ou d'échange de pratique (aspect co-développement). Dans l'analyse de pratique, c'est vraiment le travail d'une personne à partir de sa situation et l’analyse de son rapport à sa situation sans viser la résolution de son problème.
  • contrepoints conceptuels apportés par le groupe à partir de l'analyse des hypothèses co-construites et déconstruites.
  • identifier les modalités pour apprendre ensemble.