Libre et communs

Une revue d'actualité de sites qui publient autour du libre et des communs dans l'enseignement supérieur francophone

Innovation Pédagogique

Face à l'urgence de la crise climatique, il est nécessaire de prendre en compte la transition écologique dans les formations. Nous n'avons pas le temps de développer en silos nos contenus pédagogiques. La coopération ouverte peut faire gagner un temps précieux.

Voici un webinaire qui présente un outil libre et convivial facilitant la coopération ouverte en formation.

Le webinaire qui a réuni 34 personnes vendredi, mis en ligne

"Des contenus ouverts à la coopération en formation : l'apport du gestionnaire de formation (lms) de yesWiki"

- la vidéo : https://youtu.be/75DxnwMMa88
- la prise de notes collaborative en séance : https://lite1.infini.fr/p/coopcontenu

Comme l'an dernier nous démarrons notre série de webinaires de Riposte Créative Pédagogique sous le signe de la coopération ouverte avec Laurent Marsault.

Si des initiatives comme les MOOC, les universités thématiques ou les blogs d'enseignants ont permis de mettre à disposition des contenus pédagogiques, la coopération ouverte en co-production, en réutilisation par des enseignants ou formateurs de structures différentes est peu courante.

La plate forme Yeswiki, (utilisée notamment dans les Riposte Créative) propose aujourd'hui un gestionnaire de contenus (LMS) conçu pour faciliter la coopération ouverte en formation que nous allons présenter à travers quelques interviews d'acteurs impliqués.

Cette plate forme de gestion de contenus orientée "coopération ouverte" est notamment utilisée par l'université des Colibris et les parcours des jardiniers du nous.

.Cette démarche s'inscrit dans la réponse à l'urgence de la prise en compte des transitions écologiques dans l'enseignement supérieur et en formation des adultes.

Nous vous invitons ce vendredi 1er octobre à 17 heures à venir
- échanger autour de la question de la coopération ouverte en formation,
- à découvrir et pratiquer la plateforme [YesWiki, outil convivial et libre encourageant la coopération et la réutilisation de contenus pédagogiques.


Pour vous inscrire et recevoir le lien du Webinaire, merci de remplir ce petit formulaire.


Dans l'esprit de l'outil convivial (1), la plate-forme Yeswiki permet une implication de toute personne intéressées, une ouverture au delà du groupe restreint, qui donne à voir et relie.

De par sa conception centrée sur la coopération ouverte (2) l'outil permet la réutilisation de fonctionnalités d'un espace à l'autre telles que la duplication de bases de données (formulaires et contenus) et plus généralement facilite la création d'un espace collaboratif en s'inspirant des espaces existants comme le montre par exemple Riposte Créative Gironde. Les idées des uns servent aux autres comme les cercles apprentissage initiées avec le CNFPT et repris dans d'autres Ripostes.

Ces espaces collaboratifs en coopération ouverte, en réponse à la crise du Covid, augmentent le pouvoir d'agir. Il expérimentent aussi un fonctionnement en archipel et font vivre de nouveaux communs.

Les articles sur cet environnement

- Des contenus ouverts à la coopération ouverte en formation, réponse aux urgences de la transition écologique par Michel Briand sur le blog Coopérations
- Gatien Bataille, animateur de la formation à la coopération : Cooptic belgique. et organisateur des rencontres Co-construire.
- Jeremy Dufraisse co-développeur du gestionnaire de contenus de Yeswiki
- Laurent Marseault, le partage sincère, du temps pour l'essentiel (à venir)
- Florian Schmitt, développeur du LMS et accompagnateur de son usage par les Colibris (à venir)

Quelques textes en liens


Accéder à l'intégralité du contenu

Interview avec Colin de la Higuera, Professeur à l'Université de Nantes et co-Président de la Conférence Open Education Global.

Colin, la conférence OEGlobal 2021 est annoncée pour la fin de ce mois de septembre, mais aussi pour le mois de mai 2022. Comment est-ce possible ?

La conférence Open Education Global est le grand rendez-vous annuel sur le thème de l'éducation ouverte. L'Université de Nantes avons obtenu l'organisation de la conférence il y a maintenant un an, et travaillons depuis avec nos amis et collègues du monde entier. Le COVID a changé beaucoup de choses : ainsi, même si pour certains, pouvoir se rencontrer physiquement est une réelle nécessité, pour d'autres, le fait de pouvoir suivre en ligne une conférence représente une opportunité de participer qu'ils n'auraient peut-être pas eue. Pour pouvoir avoir le meilleur des deux mondes, nous étions partis sur l'idée d'une conférence sur 2 semaines, la seconde semaine étant l'occasion de recevoir les délégués du monde entier. Mais COVID n'a pas permis cela et la conférence est donc devenu Nantes 2021 (en ligne) et Nantes 2022 (sur site).

Là c'est la partie en ligne qui aura lieu du 27 septembre au 1er octobre.

Une conférence en ligne de plus ?

Oui, mais non. Sur OEG 2021 nous allons lancer des idées vraiment nouvelles. D'abord, la conférence va contenir des Webinaires en 5 langues : il y a 6 langues officielles à l'ONU. Dans notre cas nous n'avons pas eu de soumission en Russe alors nous en sommes restés à l'Arabe, le Chinois, l'Espagnol, l'Anglais et le Français. C'est un formidable effort avec des enjeux logistiques complexes.

Et, la conférence est-elle utile pour Nantes Université ?

Je crois que la conférence arrive au bon moment. L'éducation ouvert et les ressources éducatives libres sont aujourd'hui un vrai sujet. Preuve en est que notre Présidente, Carine Bernault, a accepté d'être co-Présidente de l'événement. C'est assez logique puisque ces sujets ont été au cœur de sa plateforme et sont aussi des sujets importants pour plusieurs vice-Présidents et leurs équipes.

En quelques mots, la conférence s'adresse à qui, sur quels sujets ?

Les Ressources Éducatives Libres ont été en quelque sortes validées par l'UNESCO, en 2019 : l'ensemble des pays membres -dont la France, naturellement- a approuvé une recommandation en faveur de leur usage. Aujourd'hui, c'est la mise en pratique de cette recommandation qui nous intéresse. C'est le thème majeur de la conférence.

Et pour participer ?

Il faut s'inscrire sur le site du congrès. Pour les personnels de l'Université de Nantes, c'est $25 car l'Université de Nantes est adhérente au mouvement Open Education (depuis longtemps). L'inscription est facile à réaliser. En échange c'est l'accès à plus de 20 webinaires mais aussi de nombreuses activités interactives.

Des rendez-vous en particulier à surveiller ?

Tout est intéressant ! Pour les francophones, deux rendez-vous nous intéressent plus particulièrement, mardi et jeudi. A des horaires qui peuvent sembler curieux, mais c'est le prix de la Francophonie ! Nous allons aussi nous adapter pour intégrer une Francophonie globale. Les Francophones peuvent aussi assister lundi (16h) au Webinaire organisé par la Coalition Dynamique de l'Unesco. Celle-ci sera traduite dans les différentes langues officielles. Et en plus on pourra y assister gratuitement.

Et si je ne peux payer ?

La Chaire Unesco peut prendre en charge quelques inscriptions de personnes de l'Université : prévenez-nous très vite car il y a une date limite pour les inscriptions

Autre chose ?

Le reste, je le dis dans le message d'accueil diffusé aux participants :

https://mediaserver.univ-nantes.fr/videos/welcome-to-open-education-global-2021/


Accéder à l'intégralité du contenu

Un article repris du blog "Techniques innovantes pour l'enseignement supérieur" (TIPES) de Jean Marie Gilliot, une publication sous licence CC by

Dans le monde de l'enseignement, mais aussi dans le monde professionnel, la compétence est devenue la notion centrale, que ce soit pour : (i) définir des objectifs de formation ou de cours, (ii) valider l'atteinte de ces objectifs des évaluations, (iii) se positionner, (iv) définir ses forces et ses intérêts, (iv) faire le point sur sa progression, (iv) s'orienter, (v) se présenter, (vi) définir un métier, un poste, (vii) gérer les ressources humaines d'une entreprise, (vii) construire un plan de formation…

Actuellement, la gestion des compétences se fait de manière très manuelle, locale, et isolée. La définition des objectifs se fait par formation. Les enseignants construisent leurs cours et leurs critères d'évaluation. Les personnes peuvent gérer leur portfolio et leurs bilans de compétences de manière manuelle et construire leurs CV. Elles peuvent remplir des questionnaires sur des sites d'orientation. Les recruteurs reçoivent et analysent des CV. Et tout cela de manière étanche. Cela amène à des définitions et à des déclarations qui ne sont pas toujours très compatibles.

Et pourtant, toutes ces étapes sont les multiples facettes de personnes, qui apprennent, se développent, s'engagent, travaillent. Des personnes à qui on demande de faire la saisie de telles informations à chaque étape. A contrario, des personnes dont de telles données sont parfois gérées et transmises sans qu'elles en aient pleine conscience.

La gestion des compétences est donc un cas emblématique de gestion de données personnelles, ou il y a de vrais intérêts à permettre un partage de données pour proposer des services intéressants, dans lequel il y a de vraies questions d'éthique puisque les compétences couvrent de nombreuses facettes des personnalités, et dans lequel des usages qui posent question existent déjà (qui pourrait faire une cartographie de tous les usages d'une entreprise comme LinkedIn ?)

Une particularité des compétences par rapport à d'autres données personnelles est que les personnes ont vocation à être actrice de l'évolution de ces données, à la fois parce qu'elles peuvent en déclarer, se donner des objectifs qui évolueront, parce qu'elles peuvent négocier ou prouver de manière diverse leur acquisition, mais aussi parce que ces données ont vocation à leur permettre de réfléchir sur leurs parcours futurs ou actuels (de formation, de vie), et que la personne a aujourd'hui le choix de ce qu'elle met en avant. Nous sommes plus dans une démarche de construction que de demande de correction ou d'oubli de données sur un site. La gestion de ces données de compétences doit donc pouvoir être contrôlée par les personnes elles-mêmes.

La question de la circulation des compétences entre différents sites a commencé. L'initiative européenne « Erasmus Without Papers » qui vise à faciliter les échanges d'étudiants entre universités européenne, doit permettre de transmettre entre universités ces compétences.

Des groupes de travail se mettent en place, pour construire un écosystème « éducation et compétences » dans le cadre de Gaia-X (projet européen pour la construction d'écosystème numériques ouverts, transparents et sûrs). Un premier groupe s'est ainsi constitué au niveau français sous la houlette du MENJS et du Cigref. SkillsData est quant l lui un groupe constitué dans le cadre de l'initiative myData (qui promeut la place de la personne dans l'utilisation de ses données) réfléchit au niveau européen.

Le développement de tels espaces de données permet d'imaginer des interconnexions de services existants (un service d'orientation récupérant un livret scolaire, un service de recrutement qui propose des emplois adaptés, …), de promouvoir des partenariats, de définir les questions de droits, de promouvoir les questions éthiques liées au niveau d'une filière, et donc potentiellement la confiance dans les services proposés. Bref, cela est structurant pour une filière, et l'éducation/le développement professionnel est donc identifié comme tel. Cela doit également permettre de mettre à disposition de tous des communs, comme des jeux de données utiles pour concevoir et tester des algorithmes innovants (par exemple un recueil de voix pour développer des assistants vocaux).

D'un point de vue de l'enseignement, il devient possible d'imaginer de faire circuler facilement les résultats d'apprentissages entre différentes activités (récupérer les résultats d'un MOOC dans une formation par exemple), ou de proposer des activités en fonction des besoins (exprimés, identifiés) des apprenants (étudiants, élèves, formation continue …).

D'un point de vue de la recherche, il y a des enjeux sur la définition de bons modèles de compétences, qui permettent l'articulation entre les différents besoins, et les différentes interprétations. l'accès à des données anonymisées qualifiées, l'analyse et le développement de nouvelles pratiques et de nouveaux environnements d'apprentissage, sans doute plus ouverts.


Accéder à l'intégralité du contenu

Un article repris du site de la chaire Ressource éducatives libres et intelligence artificielle REL-IA, une publication sous licence CC by

Opengame est un projet Erasmus+, qui a pour objectif de former à l'Éducation Ouverte via un jeu sérieux.

C'est un objet pour lequel nous travaillons avec différents partenaires européens : l'Université internationale de la Rioja (UNIR) et l'Université de Salamanque (USAL) en Espagne, l'Université d'Aberta (UAB) au Portugal, l'Université de DBHW en Allemagne et l'Université de Dublin (DCU) en Irlande.

Ce mois-ci, le projet arrive à sa fin et nous sommes très heureux de vous annoncer que le jeu est disponible dans les 5 langues des pays européens membres du projet. Vous pouvez encore le tester vous-même et répondre à un questionnaire pour prendre en compte vos retours (traduisible en français via google chrome).

Afin de vous en faire découvrir davantage, nous tiendrons un webinaire le jeudi 23 septembre prochain à 14h, dans le cadre des webinaires mensuels organisés par OEG Francophone.

Nous reviendrons sur les raisons de produire un tel jeu, sur les choix pédagogiques effectués, avant de découvrir le jeu lui-même qui est accessible librement. Enfin, nous expliquerons en quoi ce type d'initiatives est important pour une université comme celle de Nantes.

Ce webinaire est ouverte à tout.e.s, les inscriptions sont ici.

N'hésitez pas à relayer autour de vous.

A bientôt !


Accéder à l'intégralité du contenu

Du 22 Novembre 2021 au 09 septembre 2022

1er session de la formation-action certifiante pour les facilitateurs et porteurs de tiers-lieux.

Au programme, 20 jours de formation sur 10 mois ET 3 socles de compétences répartis en 14 modules :

  • Élaborer et développer un projet stratégique de tiers lieux.
  • Piloter l'activité de la structure dans ses dimensions économiques et juridiques.
  • Établir une dynamique de coopération et communiquer de façon adaptée.

Les ➕ : une immersion dans les tiers-lieux, la mise en réseau des acteurs et une approche pédagogique basée sur la méthodologie de projet et l'apprentissage par la coopération, du tutorat.

Information sur notre site internet : bretagnetierslieux.bzh
Contact administratif : formation@tierslieux.net
Contact pédagogique : bretagnetierslieux@gmail.com


Accéder à l'intégralité du contenu

la chaire Unesco REL -IA

Nos amis de la commission nationale allemande de l’UNESCO ont fait fort. Leur événement “OERcamp” fait le buzz. Et c’est maintenant plus de 100 sessions réparties sur 48 heures qu’ils proposent dans un programme alléchant. Et quand on dit “48 heures”, cela signifie exactement ça : à toute heure du jour et de la nuit, entre le jeudi 9 décembre 14h et le samedi 11 décembre 14h (heure de Nantes), il se passera quelque chose.

Le programme et l’inscription gratuite ici : https://oercamp.global.

Il est difficile de faire son choix. Le mien, un brin biaisé, est le suivant :

Le vendredi 10 à 10h, Eric Méchoulan, pour la Commission Nationale Française de l’UNESCO qui pourra nous en dire plus sur la stratégie française sur ces questions. Et je sais qu’il doit aussi parler du congrès de Nantes.

Le vendredi 10 à 13h Mitja Jermol, Chaire Unesco Slovène et partenaire de longue date pour nous présenter le superbe Master qu’ils ont monté en Slovénie…  Le titre de leur présentation : Building a global network of open education leaders. Un Master réellement ouvert et permettant de se former à l’ouverture. Jaloux, moi ?

Le  vendredi 10 à 18h, c’est Gašper Hrastelj qui tentera de montrer comment les OERs seront effectivement mises en place. Gašper est également un membre de la direction d’IRCAI et le président de la Commission nationale slovène de l’Unesco.

Enfin, le vendredi 10, de 16 heures à 17h45, j’aurai le plaisir d’organiser, avec Wayne Holmes et Mihajela Črnko, pour le compte de la CNFU et d’IRCAI un atelier appelé “Artificial Intelligence for Open Education : friend or foe ?”.

L’idée est de séparer les participants en 3 groupes. Dans un premier temps, chaque groupe prépare ses arguments. Les amis de l’IA argumenteront en faveur de celle-ci et vanteront peut-être les innovations possibles au profit d’une éducation pour tous. Les ennemis pourront peut-être nous parler des dangers d’une IA non maîtrisée, des questions posées sur la place de certains acteurs. Enfin, nous serons peut-être rassurés par la position des optimistes passifs qui pourront penser que l’IA n’a qu’un impact très limité.

Puis on réunit tout le monde et on débat.  Venez !

Mais ma sélection est vraiment très partielle et le programme est tout simplement impressionnant. Nous y trouvons de nombreux acteurs d’Open Education Global : et c’est avec plaisir que nous retrouverons ces acteurs à Nantes dans quelques mois.

Colin de la Higuera

Licence Creative Commons

Sauf indication contraire, l’ensemble des contenus de ce site chaireunescorel.ls2n.fr est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.


Accéder à l'intégralité du contenu

La Chaire travaille à utiliser l’intelligence artificielle au profit de l’éducation ouverte. Si dans ce blog nous avons surtout rendu compte de questions de fond, de communication scientifique, nous allons aussi essayer de partager des points de vue plus techniques : quelles sont les technologies mises en œuvre ? quelles sont les solutions techniques choisies ? Pour cela, nous donnons aujourd’hui la plume à Corentin, ingénieur sur la Chaire, pour nous en dire plus sur les métadonnées, si utiles aujourd’hui à assurer l’interopérabilité entre les grandes collections de ressources éducatives libres.


Comme nous le rappellent les cinq permissions attribuées aux ressources éducatives libres, dites des 5R, celles-ci permettent entre autres de créer de nouvelles ressources à partir d’existantes. Lorsqu’un enseignant cherche à concevoir une nouvelle ressource, une des étapes pour alimenter la procédure est donc la recherche de RELs cohérentes avec les besoins du projet pédagogique qu’il cherche à mettre en œuvre.

Les outils d’intelligence artificielle existent pour indexer les RELs et évaluer leur pertinence vis-à-vis de ses critères de recherche, puis les rassembler et suggérer les ressources qui font sens d’être jointes à celles sélectionnées. Ces outils reposent sur l’apprentissage des schémas de données récurrents identifiés dans les jeux de ressources existantes : l’exposition de ces schémas sous forme de métadonnées est donc cruciale pour faciliter leur interprétation et leur comparaison.

Métaphore d’iceberg de données.
Image modifiée issue de https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Iceberg.jpg
(licence : CC BY-SA 3.0)

Les métadonnées sont des données décrivant les jeux de données, en l’occurrence les ressources éducatives. Elles peuvent être à propos de leur format, de leur pérennité, de leur difficulté ou encore de leurs auteurs. Les métadonnées permettent d’aligner les différentes ressources avec un vocabulaire commun et des définitions consistantes, ce qui facilite leur interprétation et fournit un langage de description commun d’une ressource à l’autre pour cibler rapidement les informations qu’elles véhiculent.

De telles métadonnées peuvent être accessibles sous forme d’annotations répandues dans les pages web hôtes des ressources, ce qui oblige les outils d’IA à effectuer une analyse syntaxique en profondeur de ces pages pour en extraire les métadonnées. Une autre solution est d’exposer ces métadonnées dans des entrepôts respectant des normes internationales. Une de ces normes est OAI-PMH, littéralement le protocole pour moissonnage de métadonnées des archives ouvertes.

OAI Icon
Logo Open Archives Initiative
issu de https://commons.wikimedia.org/wiki/File:OAI-PMH.jpg
(licence : CC BY-SA 4.0)

Développé en 1999 par l’Open Archive Initiative, il définit le périmètre de création et maintenance de dépôts d’enregistrements qui référencent des documents, comme le sont les ressources éducatives libres, pour en assurer leur diffusion et interopérabilité.

Ce protocole tient lieu de passerelle d’échange entre les entrepôts hétérogènes, puisqu’il repose sur des langages standards du Web comme HTTP et XML, et des schémas de métadonnées comme Dublin Core. En quelque sorte, il peut être vu comme un emballage uniforme pour l’échange des ressources, quels que soient les systèmes de gestion dans lesquels celles-ci sont dispersées. Les outils d’IA en amont peuvent donc interroger les points d’accès conformes à OAI-PMH de façon transparente pour collecter et agréger les ressources.

Licence Creative Commons

Sauf indication contraire, l’ensemble des contenus de ce site chaireunescorel.ls2n.fr est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.


Accéder à l'intégralité du contenu

Ça y est, le nouveau Mooc de Class’Code, ImpactNum, est ouvert ! Ce parcours, qui a réuni plus de 30 experts, vise à questionner les impacts environnementaux du numérique et à offrir lecture et compréhension de ces enjeux aux enseignants et au grand public. L’Association Class’Code, le Ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports et Inria proposent ainsi un outil accessible à toute personne intéressée par les enjeux relatifs au numérique et à l’influence des activités humaines sur l’environnement.

L’Université de Nantes et la Chaire RELIA sont en soutien direct à cette production, par le support qu’ils apportent à Class’Code depuis sa création, notamment à travers les missions de Bastien Masse, coordinateur de la Chaire RELIA à l’Université de Nantes, qui est administrateur de l’association Class’Code et membre du comité pédagogique ainsi que co-auteur de ce Mooc.

Ce MOOC se suit en 5 à 10 heures :

  • Le programme de 5 heures est adapté à tous les niveaux d’expertise. Cette version tout public est composée d’activités interactives et de vidéos ludiques.
  • La version approfondie, qui se suit en 10 heures, s’adresse davantage aux personnes expertes dans le domaine : au programme, entre autres, des articles scientifiques et une bibliographie complète.

4 axes composent cette formation, au cours de laquelle vous serez guidé.e.s par plus de 30 experts. En suivant ce Mooc, vous vous questionnerez par exemple sur :

  • ce qu’est le numérique ;
  • la manière de mesurer de manière fiable l’impact du numérique sur l’environnement ;
  • les outils pour mesurer, décrypter et agir, afin de trouver sa place de citoyen.ne dans un monde numérique ;
  • les solutions permettant d’agir concrètement et de réfléchir collectivement à la place à donner aux technologies dans notre société ;
  • etc.

Pour vous inscrire et participer au Mooc, c’est ici.

Licence Creative Commons

Sauf indication contraire, l’ensemble des contenus de ce site chaireunescorel.ls2n.fr est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.


Accéder à l'intégralité du contenu

Avant de vous parler d’un nouvel événement qui va se dérouler en Allemagne (donc sur le web) dans quelques jours, je voulais rappeler que tous les exposés d’Open Education Global 2021 ont été enregistrés et sont disponibles ici. Les deux sessions en langue française sont ici et . Dans les deux cas des exposés et un débat qui permet de bien comprendre les enjeux dans les différents pays présents.

Et maintenant vous parler du super événement de type “barcamp” organisé par la Commission Nationale de l’Unesco allemande. Pendant 48 heures, des exposés (les invités sont vraiment impressionnants) et des sessions spéciales vont défiler. La commission nationale française m’a demandé de proposer quelque chose et c’est donc assez naturellement un atelier sur les relations entre Intelligence artificielle et Ressources Éducatives Libres que nous organisons.

Pour rendre l’atelier plus interactif, la question sera abordée comme un match entre les deux positions et va s’appeler : “Artificial Intelligence for Open Education: friend or foe ?”

L’inscription est gratuite et il y a une formidable énergie chez les organisateurs. Tout pour un super événement. https://www.oercamp.de/global/


OERcamp Global Logo
Image issue du site https://www.oercamp.de/global/
Licence Creative Commons

Sauf indication contraire, l’ensemble des contenus de ce site chaireunescorel.ls2n.fr est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.


Accéder à l'intégralité du contenu

C’est en ce moment la Slovénie qui occupe la Présidence de l’Europe. Avant de passer le relais à la France dans quelques semaines, la Slovénie met en avant des questions qui nous intéressent : l’éducation et le rôle de l’intelligence artificielle.

Ces 9 et 10 novembre la Slovénie organisait un événement important appelé DigiEduHack. L’IRCAI (avec qui nous travaillons) était chargé du programme. Cet événement comptait la présence de nombreux représentants de la commission, dont la commissaire Mariya Gabriel. Et nous avons pu y participer -malheureusement à distance, la Slovénie commençant à devoir se refermer un peu- sur deux sujets :

le matin, lors de la session sur les différents projets, nous avons présenté le projet AI4T, dont le but est de former les enseignants du secondaire à l’Intelligence artificielle

La table ronde, depuis la salle de contrôle

l’après-midi, lors d’une table ronde avec des personnalités reconnues comme Zeynep Varoglu, de l’Unesco, John Domingue, de l’Open University, Georgi Dimitrov, de la DG EAC et Yvonne Rogers d’UCL. Les questions concernaient le rôle que pourrait avoir l’IA dans l’éducation dans le futur. Et même si les différents intervenants ont fait preuve de retenue en mentionnant que par le passé l’IA avait parfois pêché par orgueil, il ne faisait pas de doute que les projets que les uns et les autres envisagions répondaient à des défis ambitieux. Dans des termes peut-être simplistes, il s’agit de construire le Netflix de l’éducation…

Une question -qui revient souvent- était celle de la possibilité de voir l’enseignant remplacé par l’IA. Les positions sont intéressantes : essentiellement, l’humanité de l’enseignant n’est pas remplaçable. Mais nous sommes aussi d’accord pour dire que d’autres aspects de notre mission le sont.

J’ai enfin défendu une position qui est le fruit d’analyses de terrain et de nombreuses discussions. Sans l’ouverture de l’éducation, l’IA n’apportera rien ou fera que cette éducation numérique se verra confisquée au profit de quelques groupes qui ne seront pas européens. Nous devons travailler sur les données de l’éducation, permettre à celles-ci d’être accédées bien plus simplement qu’elles ne le sont aujourd’hui. Sinon, d’autres mettront en place des plateformes qui vont justement permettre de récupérer (et confisquer) ces données.

Licence Creative Commons

Sauf indication contraire, l’ensemble des contenus de ce site chaireunescorel.ls2n.fr est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.


Accéder à l'intégralité du contenu
certains articles mentionnés portesnt sur l'Intelligence Artificielle du fait du double sujet de la chaire

Open Education global francophone

OERWiki@MENA: Le réseau LETS Learning Lab accompagne la production et la diffusion des REL dans la région MENA

Le Learning Lab de l’Université de Sousse en Tunisie et Learning Lab de l’Université d’Alexandrie en Egypte partenaires du projet « LETS (Lebanon, Egypt, Tunisia, Switzerland) Learning Lab Network » ont lancé suite à une collaboration avec Open Education Global Francophone l’initiative OERWiki@MENA comme une activité Learning Lab, dans un objectif de permettre d’élargir l’accès à l’éducation pour toutes et pour tous et d’améliorer la qualité de l’éducation. En effet cette initiative OERWiki@MENA permettra le développement de la production, du partage et de l’utilisation de Ressources Educatives Libres (REL) dans la région MENA. Ces REL peuvent être des ressources d’apprentissage ou d’évaluation : supports de cours, devoirs, tests, images, ressources audio, ressources vidéo, etc.

Plus précisément, cette initiative a pour objectif de déclencher un mouvement auprès de la communauté universitaire au niveau de ces deux universités, ainsi que d’autres universités de la région MENA autour des ressources éducatives libres. Elle permettra en effet d’encourager la collaboration et le partage par la co-création de matériel éducatif et la liberté de l’utiliser, de le personnaliser, de l’améliorer et de le redistribuer. A cet effet un environnement web (icitlearn.org/oerwiki/) de partage de ressources éducatives libres a été mis en place, permettant à la communauté universitaire de produire des contenus d’apprentissage ou d’évaluation et de les partager en tant que ressources éducatives libres sous une licence Creative Commons.

Un défi de production et de partage de 100 OER pendant 100 Jours a été lancé. Un dispositif d’accompagnement des enseignants de la région MENA participants à cette initiative a été mis en place : des séminaires de sensibilisation et d’informations sur les REL et les licences Creative Commons ont été déployés et ont suscité l’intérêt d’un grand nombre de participants. Une évaluation des activités proposées dans le cadre de cette initiative a été menée et a permis de recueillir le feedbcak des participants et de s’assurer de l’atteinte des objectifs fixés.

L’article OERWiki@MENA est apparu en premier sur OE Global - Francophone.


Accéder à l'intégralité du contenu

🗓️ Pour cette édition de mars 2021 Barbara Class animera un webinaire avec pour thème “Comment comprendre l’Open ?”

💡 L’Open, dont la traduction française n’est pas stabilisée – ouvert? libre? – est une approche en pleine expansion. Il semblerait qu’elle soit présente depuis plusieurs siècles mais qu’elle n’ait pas toujours été au goût du jour. Parfois reléguée aux oubliettes, elle semble aujourd’hui animée d’un nouveau souffle. Les articles scientifiques ont par exemple longtemps été considérés comme des communs – jusqu’aux années 1900 environ – et sont en train de le redevenir (cf. Langlais, 2015).

🎯 Cette intervention a pour objectif de poser un certain nombre d’informations pour les soumettre à votre esprit critique, les discuter et essayer, ensemble, de faire émerger de nouvelles conceptions de l’Open.

Biographie

Barbara Class, Chargée de cours au département de traduction. Elle travaille au département d’interprétation depuis 2004 en tant que conseiller pédagogique en matière d’éducation à distance. Elle a notamment œuvré à la mise à distance du MAS pour formateurs d’interprètes.

A propos

❓ Open Education Global est une organisation mondiale à but non lucratif dont les adhérents et adhérentes soutiennent le développement et l’utilisation de Ressources Educatives Libres (REL) dans le monde afin d’élargir l’accès à l’éducation pour toutes et pour tous.

🧠 Dans le prolongement des événements de novembre 2020, OEG – Francophone propose entre février et septembre 2021 des webinaires afin de sensibiliser aux pratiques de l’Open Education et aux usages des ressources éducatives libres (REL)

L’article RDV OEG Francophone – mars 2021 est apparu en premier sur OE Global - Francophone.


Accéder à l'intégralité du contenu

Open Education, un terme qui sous-entend l’ouverture, l’éducation mais qui ne s’y limite pas. Quel objectif ? Quels avantages ? Quelles limites ? Autant de questions auxquelles cette ressource, sous forme de livret, tente de répondre en vous livrant quelques clés et pistes d’action pour vous emparer de l’Open Education. Dans son plan stratégique Louvain 2020, l’UCLouvain accorde une attention particulière au mouvement de l’Open Education. Comme d’autres universités, elle souhaite répondre à une vision d’avenir, à un besoin de partage des ressources, de mise à disposition de pratiques, de connaissances, d’outils, etc. afin d’améliorer l’accès et l’efficacité de l’éducation y compris au-delà de ses frontières. Le mouvement de l’Open Education est déjà bien ancré. Nombreux sont les enseignant·e·s qui s’y intéressent et se sont déjà lancés dans la pratique. Et vous ? Ce livret se veut être un guide pour vous accompagner dans l’Open Education. Il ouvre les portes de certaines notions telles que les Massive Open Online Courses (MOOCs), les Open Educational Resources (OER), les OpenCourseWare (OCW) ou encore les licences Creative Commons (CC). Bonne lecture, bonne découverte !

L’article Open Education – Quelques clés pour s’en emparer est apparu en premier sur OE Global - Francophone.


Accéder à l'intégralité du contenu

Le 19 février 2020, la Commission européenne a dévoilé sa nouvelle stratégie en matière de données, annonçant des investissements de 4 à 6 milliards d’euros pour créer une infrastructure pour la libre circulation des données. Cette infrastructure sera dotée d’une gouvernance, de normes, d’opérateurs et d’espaces de données sectoriels (mobilité, santé, compétences, agriculture, green deal, administration, industrie, énergie, agriculture). Pour les données personnelles, l’infrastructure sera centrée sur la personne, les consentements étant gérés indépendamment des services (séparation des pouvoirs) par des opérateurs comme Visions, ce qui permettra aux personnes d’avoir le plein contrôle de leurs données sans dépendre d’un seul service.

Ces principes, cette infrastructure et cette architecture ont été validés en Novembre 2020 dans le cadre du Data Governance Act de la Commission. La Commission Européenne a également annoncé la création d’un espace européen commun des données relatives aux compétences, « afin de réduire l’inadéquation des compétences entre le système d’éducation et de formation, d’une part, et les besoins du marché du travail, d’autre part » (Stratégie Européenne de la Donnée 2020, Commission Européenne). Concrètement cet espace de données permettra à une personne de simplement et automatiquement faire circuler ses données (compétences, expériences professionnelles, formations, situation, hobbies, …) entre les acteurs de l’emploi, de la formation et de l’inclusion via un opérateur de gestion de ses consentements.

Cet espace de données a besoin de normes (juridiques, commerciales, techniques, design/UX) pour fonctionner et permettre un échange de données efficace en assurant une confiance entre les acteurs s’échangeant la donnée. Ces normes doivent être ouvertes et gouvernées pour permettre à toutes les Parties prenantes de bénéficier de cette infrastructure sans qu’un seul acteur ne prenne la main sur l’ensemble. Ces normes doivent assurer que la personne conserve toujours le contrôle de ses données et puisse gérer ses autorisations et consentements depuis un outil à la fois indépendant des sources de données et interopérable (l’opérateur). Aujourd’hui, ces normes n’existent pas, nous avons besoin de recherche, d’expérimentation et de coordination pour faire fonctionner cet espace de données.

Visions travaille depuis 2016 sur la portabilité des données personnelles, en fournissant un outil, VisionsTrust, qui met en œuvre le principe de séparation des pouvoirs. Visions est donc un opérateur qui permet à la personne de gérer ses consentements sur l’accès et le partage de ses données personnelles. Visions est co-fondateur d’aNG et dirige au sein d’aNewGovernance (aNG) la Skills Alliance. La Skills Alliance réunit 40 organisations (universités, organismes de formation, agences nationales pour l’emploi, employeurs, plateformes) de 6 pays pour travailler sur les normes de circulation des données de compétences à partir de projets concrets au service de l’orientation et de l’éducation, afin de partager les meilleures pratiques et de définir ces normes. Nous travaillons a créer des réseaux de données de compétences au service de l’éducation, de la formation et de l’orientation tout au long de la vie. Nous y travaillons avec différentes universités (Paris 1, Lille, Cergy-Pontoise, La Haye, Tampere, Stanford, Accra, …), des acteurs publics (Pole Emploi, CPF, Régions, etc), des OF (OpenClassrooms, Simplon, …), des employeurs et des applications EdTech et JobTech.

aNewGovernance (aNG), association internationale en cours de création, a été lancée en 2019 par la publication d’un Livre Blanc réunissant 50 organisations de 15 pays décrivant le besoin de normes et de gouvernance pour les standards de portabilité des données. aNG travaille avec plusieurs parties prenantes (public, privé, académique, à but non lucratif) pour définir des standards à partir d’expérimentations concrètes. aNG a le soutien de la Commission européenne par le biais de la DG Connect et de M. Vestager. L’objectif d’aNG est de fournir un espace où les organisations peuvent discuter et expérimenter des normes pour la libre circulation des données personnelles de manière ouverte, démocratique et ascendante.

Nous souhaitons unir davantage d’organisations à travers le monde pour contribuer à cette nouvelle infrastructure.

L’article Créer un réseau international de données de compétences centré sur la personne est apparu en premier sur OE Global - Francophone.


Accéder à l'intégralité du contenu

📺 𝗪𝗲𝗯𝗶𝗻𝗮𝗶𝗿𝗲𝘀 𝗢𝗘𝗚 – 𝗙𝗿𝗮𝗻𝗰𝗼𝗽𝗵𝗼𝗻𝗲 𝗲𝘁 𝗥𝗘𝗟 𝟮𝟬𝟮𝟭
🛎️ Retrouver en rediffusion le webinaire de février 2021
🧠 “𝗟𝗲𝘀 𝗥𝗘𝗟𝘀 𝗮𝘂 𝘁𝗲𝗺𝗽𝘀 𝗱𝗲 𝗹’𝗜𝗔 : 𝗾𝘂’𝗲𝘀𝘁 𝗰𝗲 𝗾𝘂𝗶 𝗰𝗵𝗮𝗻𝗴𝗲 ?”
🎙️ Animé par : Colin de la Higuera 👉 

❓ A PROPOS ❓

❤️Open Education Global est une organisation mondiale à but non lucratif dont les adhérents et adhérentes soutiennent le développement et l’utilisation de Ressources Educatives Libres (REL) dans le monde afin d’élargir l’accès à l’éducation pour toutes et pour tous.

🧠 Dans le prolongement des événements de novembre 2020, OEG – Francophone propose entre février et septembre 2021 des webinaires afin de sensibiliser aux pratiques de l’Open Education et aux usages des ressources éducatives libres (REL)

L’article RDV OEG Francophone – février 2021 est apparu en premier sur OE Global - Francophone.


Accéder à l'intégralité du contenu

en attendant un flux RSS des articles de la fabrique des REL au Québec

et quelques ressources